Conflit

octobre 2005

Au cours des 25 dernières années, au moins 80 guerres ont secoué le monde. Si leurs théâtres varient,
les conflits violents d'aujourd'hui présentent quelques similitudes frappantes: il s’agit presque
toujours de guerres civiles et la plupart des victimes sont des civils et non des combattants.

La plupart de ces conflits internes se sont déroulés dans des pays pauvres, ce qui a entravé

leur développement. En fait, plus de la moitié des pays où opèrent actuellement des organismes
internationaux d’aide au développement sont affectés par la guerre. Regrettablement, la majorité
de ces conflits sont des phénomènes continus et  non des situations d’urgence temporaire. En
moyenne, les conflits contemporains durent environ huit ans, c’est-à-dire deux fois plus qu’avant 1980.
Et beaucoup plus nombreux sont ceux qui meurent de faim et de maladie que par suite des hostilités
proprement dites.

Également disponible en: Arabic, English, French, Italian, Spanish

Eradicating rural poverty is one of the first steps to fighting desertification

octobre 2004

Land degradation – often caused by human activities such as overcultivation of soil, deforestation, overgrazing and population growth – affects more than one billion people and 40 per cent of the Earth’s
surface.When this degradation occurs in the drylands where the earth is particularly fragile, rainfall is minimal and weather is harsh, desertification results.

Desertification directly affects the lives of more than 650 million people in 110 countries. Contrary to popular belief, desertification is a process that can often be reversed.There are many ways of combating desertification, including applying appropriate land-use technologies and water-use strategies. However, one of the most effective methods of combating desertification is by eradicating poverty.

Potenciar la capacidad de acción de los pobres de las zonas rurales mediante el acceso a la tierra

juin 2004
A pesar de que las personas pobres que viven en las zonas rurales son los principales productores agrícolas del mundo, en muchos casos no tienen acceso a sus tierras y no ejercen control sobre los recursos naturales de los que depende su subsistencia.
Également disponible en: Portuguese, Spanish

IFAD in Turkey

mai 2004

The International Fund for Agricultural Development (IFAD) supports the Turkish Government’s poverty-reduction policy, which gives priority to the development of economically depressed regions. In remote areas, particularly in mountainous regions, the lack of physical and social infrastructure, such as roads, schools and hospitals, exacerbates the isolation of rural people.

IFAD–funded projects help rural poor people overcome economic, physical, intellectual and social isolation. IFAD loans support projects that help rural poor people, particularly women, improve their living conditions and overcome poverty.

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté

juin 2002
Le FIDA est une institution financière internationale
appartenant au système des Nations Unies qui a
pour mission d’éliminer la pauvreté et la faim dans
les zones rurales des pays en développement.
Au moyen de dons et de prêts à des taux d’intérêt
favorables, le Fonds élabore et finance des
programmes et projets qui visent à mettre les
populations rurales pauvres à même de
surmonter elles-mêmes leur pauvreté.
Également disponible en: English, French, Italian, Spanish

Le FIDA et les ONG - partnerariats dynamiques contre la pauvreté rurale

mai 2002

La collaboration du Fonds avec les ONG a débuté peu après la création du Fonds, lorsque celui-ci a appuyé le
Projet de crédit agricole aux petits exploitants au Bangladesh.
En 1976, une ONG a lancé, sous la conduite du professeur Mohammed Yunus de l’Université de Chattagong,
une méthode novatrice de distribution de crédit aux ruraux pauvres, spécialement aux femmes et aux paysans
sans terre, dans un seul village. La constitution et l’éducation de petits groupes par l’intermédiaire desquels les
prêts étaient distribués formaient le pivot de cette initiative. Des agents mobiles de crédit ont mis des services
financiers à la portée des villageois et, grâce à une supervision efficace du recouvrement des prêts, les taux de 

remboursement avoisinaient les 98%.