ESA Highlights: De nouveaux horizons pour le groupe des jeunes d’Ingobor

IFAD Asset Request Portlet

Agrégateur de contenus

De nouveaux horizons pour le groupe des jeunes d’Ingobor

Cette série sur l’Afrique orientale et australe porte sur les réalisations de cinq entreprises agricoles dirigées par des jeunes dans les comtés de Nakuru et Kilifi, au Kenya. Ces cinq entreprises, qui ont toutes remarquablement réussi, nous livrent un enseignement précieux en matière de développement rural, applicable à d’autres projets. Les groupes présentés dans cette série bénéficient tous de l’appui du Vijabiz, un projet financé par le FIDA qui, grâce au mentorat et à l’entrepreneuriat agricole, vise à donner aux jeunes les moyens de leur autonomie.

Le groupe des jeunes d’Ingobor a été formé en 2016 par 20 jeunes chauffeurs et conducteurs de bus du comté de Nakuru (Kenya). Ces derniers, conscients du fait que le secteur du transport ne leur rapporterait pas beaucoup d’argent, ont décidé de mettre leurs ressources en commun et d’investir une partie de leurs revenus dans une entreprise agricole. Après s’être brièvement essayés à la production végétale, ils se sont tournés vers la commercialisation de produits laitiers qu’ils achètent aux agriculteurs locaux et revendent aux particuliers.

L’aventure s’est toutefois révélée plus difficile que prévu. Le démarrage de l’entreprise a été laborieux en raison du manque de véritable formation en matière de gestion quotidienne d’une entreprise. En l’absence de publicité en ligne ou de stratégie de commercialisation numérique au départ, le groupe de jeunes a eu du mal à toucher ses clients via Internet. En outre, leur boutique était située dans un endroit peu propice. Qui plus est, ils ont dû surmonter les obstacles liés à la mauvaise qualité du réseau routier, qui rendait difficile l’accès aux producteurs. Dans de telles circonstances, leurs marges bénéficiaires restaient faibles.

Mais en 2019, tout a commencé à changer.

Et Vijabiz est arrivé

En août 2019, l’équipe du projet Vijabiz a lancé un appel à candidatures sur différents réseaux sociaux, ainsi que dans des publicités imprimées ou à la radio, pour un programme de dons destiné aux groupes de jeunes entrepreneurs. Les entreprises qui ne satisfaisaient pas les conditions nécessaires pour bénéficier d’une aide pouvaient néanmoins recevoir une formation de mentorat en vue de développer leurs activités.

Le groupe des jeunes d’Ingobor a entendu parler de cette possibilité et s’est immédiatement porté candidat. S’ils ne remplissaient pas les conditions requises pour bénéficier d’un don, ils ont toutefois été inscrits au programme de mentorat. Deux fois par mois, les membres du groupe ont reçu une formation spécialisée en matière de vente de produits laitiers et axée sur la commercialisation numérique, la tenue de registres et les stratégies adaptées aux entreprises agricoles de jeunes.

L’initiative des jeunes d’Ingobor a le vent en poupe

Aujourd’hui, grâce à la formation reçue, l’entreprise des jeunes d’Ingobor est en plein essor.

Après avoir réalisé une étude de marché, ses membres ont pu relocaliser leur magasin dans un endroit idéal pour attirer la clientèle (la gare routière de Matatu). Grâce à cet emplacement stratégique et à une présence en ligne bien établie, leur visibilité a considérablement augmenté et leurs marges bénéficiaires se sont accrues.

La reproduction de leurs activités à plus grande échelle leur a également permis de créer des emplois et de générer des revenus supplémentaires. Leur entreprise ouvre de nouveaux canaux au profit d’autres petits producteurs de la filière laitière (tels que les éleveurs, les transporteurs et les vendeurs), multipliant ainsi le volume de leurs ventes et améliorant également leurs moyens d’existence.

Ce qu’Ingobor peut nous apprendre

En matière de développement, cette initiative est riche d’enseignements.

Tout d’abord, l’exemple des jeunes d’Ingobor montre qu’il est possible, pour des individus et des groupes, de passer d’emplois mal rémunérés dans le secteur tertiaire à des activités d’agroentrepreneuriat. Avec l’aide du FIDA, l’entreprise a été en mesure d’investir dans la filière laitière – et d’étendre ses activités commerciales, de créer des emplois et de dégager des revenus – alors qu’elle n’avait que très peu de financement de départ provenant de son activité de transport. Leur expérience montre aussi que la production de lait est une source de revenus essentielle.

Deuxièmement, l’investissement du FIDA dans la commercialisation en ligne a permis au groupe de renforcer sa présence sur Internet. Aujourd’hui, l’entreprise commercialise et vend ses produits laitiers grâce à diverses plateformes de réseaux sociaux. Surtout, l’adoption de ces outils numériques l’a également aidée à faire face à la pandémie de COVID-19. Désormais, les clients peuvent commander des produits laitiers en ligne et se les faire livrer à domicile, ce qui réduit le risque de transmission virale.

De plus, l’investissement dans des formations en stratégie commerciale a contribué directement au succès de l’initiative des jeunes d’Ingobor. Grâce aux compétences acquises, le groupe a pu mettre en œuvre diverses stratégies telles que la réalisation d’études de marché et la relocalisation. La formation à la tenue de registres a permis aux membres d’acquérir les compétences pratiques voulues pour évaluer la performance de leur entreprise, facilitant ainsi une prise de décisions efficace en vue de faire progresser les activités.

Enfin, la nature multimodale du projet Vijabiz – c’est-à-dire son système de dons, ses composantes d’incubation et de mentorat – a été essentielle au succès du groupe de jeunes d’Ingobor. Si le projet n’avait proposé que des financements sous forme de dons, par exemple, le groupe n’aurait jamais reçu l’appui nécessaire. Cette réussite montre qu’en matière de création d’entreprise, un ensemble intégré de services donne de meilleurs résultats que des services fragmentés.

 

Cliquez ici pour écouter les membres du groupe de jeunes d’Ingobor faire part de leur expérience.

Découvrez l’action du FIDA au Kenya.